Fox, Nadine & Fernand

Les animaux avant tout !

Par

Les bases du dressage d’un chiot

Ça y est, vous avez adopté une adorable boule de poils ? Si votre éleveur a bien fait les choses, votre animal devrait avoir au moins 8 semaines, l’âge du sevrage du chiot. Mais attention, si vous voulez avoir un minimum d’autorité sur votre chien, il va falloir vous y prendre dès le début. Des jeux de chiots peuvent se révéler beaucoup moins amusants quand adulte, il pèse 60 kilos. Vous devez être capable de maîtriser votre bête, d’en être maître. Rappelez-vous : il a beau être adorable (parce qu’on sait très bien les regards qu’ils peuvent nous lancer pour nous faire craquer), c’est quand même vous le patron !

Les ordres de bases

On ne cherche pas ici à entraîner un chien policier ou d’accompagnement au handicap, mais il a besoin de connaître quelques règles et ordres de base pour que votre relation se passe dans les meilleures conditions.

Une des règles fondamentales est de commencer très tôt à éduquer son chien: il ne doit pas prendre de mauvaises habitudes dont il sera difficile de se débarrasser.
Le premier ordre que vous devez lui apprendre, c’est le « Non ! ». Surtout quand votre animal est bébé, il vous sera très utile… Non, on ne mange pas les chaussures, non, on ne se pend pas par la gueule à la nappe ou à l’anorak du petit dernier… Cet ordre doit être sec, et d’un ton ferme (on ne se « gagatise » : le chien comprend plus l’intonation que les mots).

Ensuite, il faut lui apprendre « Assis ! » : le principal effet de cet ordre est de calmer votre chien (notamment lorsqu’il s’agite pour fêter votre arrivée ou devant la préparation de sa gamelle). C’est un ordre assez facile à apprendre, le plus souvent avec récompense à la clé. Prenez une friandise pour chien, tenez-la au-dessus de sa tête, en répétant l’ordre.

D’abord, vous devrez sans doute dire le « Non », car il va essayer d’attraper le bonbon directement. Vous pouvez lui faire comprendre ce que vous attendez de lui au début en appuyant doucement sur son arrière-train. Dès qu’il est assis, donnez-lui immédiatement son trophée en le félicitant. Associez toujours les bons comportements à la récompense alimentaire ou vocale de façon immédiate, afin qu’il fasse le rapprochement entre la cause et la conséquence.

Eviter les mauvais comportements

Ce que vous devez punir ou réprimer, ce sont tous les comportements qui pourraient vous nuire, nuire à un tiers ou nuire au chien lui-même. Dresser un chiot consiste donc à en faire, si ce n’est un chien exemplaire, au moins un chien bien élevé, obéissant aux ordres.

Il doit donc vous respecter (obéir à des ordres simples et qu’il connaît, ne pas tirer sur sa laisse, ne pas vous grogner dessus) et respecter votre logement (ne pas faire ses besoins à l’intérieur, ne pas abîmer les coussins ou les portes), vos affaires (ne pas mordre vos vêtements, ou vos chaussures, ne pas voler à table), ses affaires (ne pas ronger son panier ou son collier) les autres (ne pas sauter sur les gens qu’il connaît ou non). Il y a aussi dans votre rôle d’éducateur un travail de sociabilisation canine pour éviter les bagarres (de mâles principalement) en balade ou en visite sans laisse chez un propriétaire de chien.

dressage canin

L’apprentissage de la propreté

Parmi les bases de l’éducation canine, il est évident qu’il va falloir lui apprendre la propreté. Il peut se retenir une heure quand il est tout bébé, puis trois heures vers trois mois, et jusqu’à une dizaine d’heure à l’âge adulte.

On oublie tout de suite la technique qui consiste à le gronder en lui mettant le nez dans la flaque d’urine : vous ne devez le punir que si vous le surprenez en flagrant délit. On claque un « Non ! » très ferme à son attention pour qu’il cesse. Nettoyez consciencieusement la salissure afin que sa propre odeur ne persiste pas et faites-le en dehors de sa présence : il pourrait trouver très amusant de vous voir à quatre pattes, la serpillière à la main…

Chaque fois que vous sortez votre chien, donnez-lui un mot qui serait un peu le « Go » pour l’autorisation de faire pipi. Félicitez-le chaudement dès qu’il le fait. Instaurez des habitudes pour qu’il connaisse ses moments de sorties : le matin après votre café, après le repas, après le goûter, après le film… Ses besoins seront presque « programmés ». Allez toujours aux mêmes endroits pour qu’il y reconnaisse son odeur et fasse l’association d’idées.

Vous avez une part de responsabilité dans cet apprentissage, au-delà de la méthode positive ou punitive. En effet, n’oubliez pas de votre côté d’être irréprochable dans la fréquence des sorties ; quelle que soit la météo, votre chien a besoin de faire ses besoins ! De même, avec l’âge, le chien peut devenir incontinent bien malgré lui, soyez indulgent.

Enfin, un événement perturbant tel qu’un déménagement, une séparation ou l’arrivée d’un enfant peut également influer sur son comportement. Si cela persistait, n’hésitez pas à prendre conseil auprès d’un comportementaliste canin pour vous faire aider.

Quel comportement adopter ?

Vous devez être ferme, pas vous transformer en général de la Gestapo. Vous n’obtiendrez jamais une relation de confiance et un chien bien dans ses pattes avec un dressage par la peur. À l’inverse, si vous êtes trop laxiste avec lui, il aura le dessus sur vous, il pourra abîmer vos affaires et dans le pire des cas, des accidents plus graves peuvent arriver (morsures aux conséquences dramatiques pour le mordu comme pour le chien). Un des mots les plus importants quand on veut dresser un chien, c’est la cohérence. Si votre chien ne peut pas monter sur le canapé chez vous, ne le laissez pas faire sur votre lieu de vacances ou chez des proches. L’obéissance doit être la même partout.

Les comportements qui montrent de l’attention à votre chien : quand vous le regardez, quand vous lui parlez, quand vous le touchez. En supprimant ces trois actions, vous montrez à votre chien que son attitude ne vous intéresse pas. Il devrait en toute logique la supprimer de lui-même puisque c’est d’avoir votre attention qui le motive. Cette ignorance est intéressante lorsque votre chien est comme un fou autour de vous.

Si vous ne pouvez supprimer le comportement du chien parce que c’est plus fort que lui, c’est dans sa nature (toutes les races ont des instincts différents), donnez-lui un cadre : il veut absolument mâchouiller vos chaussures ? Trouvez-lui un jouet à lui dont il pourra faire ce qu’il veut. Il creuse des trous dans le jardin ? On lui aménage un espace où il peut répondre à ses pulsions.

Rappelons-nous qu’avoir un chien, ce n’est pas posséder une console de jeu ou un meuble. Vous ne pouvez donc pas vous en occuper seulement quand ça vous chante ou l’ignorer. En essayant de le comprendre, et en travaillant sa sociabilité, vous réussirez bien mieux à obtenir de lui ce que vous voulez plutôt qu’en utilisant la force. Et pour les personnes trop gentilles, l’âge n’est pas une excuse : plus vous commencez tôt l’obéissance, plus ce sera facile !

Merci à Dog Attitude pour ces précieux conseils sur le dressage canin !